Régulation sociale et négociation : le paradoxe français